Aller au contenu

Acupuncture et moxibustion

Quelques éclairages sur l’acupuncture…

Depuis plusieurs millénaires, on connaît en Asie l’existence de circuits énergétiques dans le corps humain. Ces circuits, plus connus sous le nom de méridiens, sont liés aux organes et à leurs fonctions physiologiques.

Tous les méridiens sont interconnectés les uns aux autres formant un véritable réseau qui couvre tout notre corps, de la profondeur à la surface.

Ces chemins d’énergie sont jalonnés de points d’acupuncture.

Ceux-ci fonctionnent tels de petites portes, qui permettent d’agir sur le débit et la quantité d’énergie qui circule dans notre corps.

On peut ainsi renforcer le flux d’énergie lorsqu’une fonction est déficiente ou le réguler en cas de surplus ou blocage.

Chaque point possède en effet des fonctions particulières, qui peuvent varier selon les saisons.

L’acupuncture est née de la connaissance de cette anatomie énergétique.

De par l’insertion d’aiguilles très fines, un effet subtil mais réel se propage le long des méridiens jusqu’aux organes rattachés.

Les fonctions vitales sont harmonisées, la dynamique des échanges d’énergie entre les organes est rééquilibrée.

Ainsi, l’acupuncture stimule et relance le mouvement de vie à l’intérieur de notre corps.

… et la Moxibustion

La moxibustion est une autre manière de stimuler les points d’acupuncture en les réchauffant.

La technique la plus courante et celle que j’utilise le plus souvent est la moxibustion « au bâton ».

Pour ce faire, on rapproche près de la peau, mais bien évidemment sans la toucher, l’extrémité incandescente d’un moxa, bâton d’armoise séchée ressemblant à un cigare.

On laisse la sensation de chaleur se propager jusqu’à ce que la peau rougisse légèrement et on éloigne le bâton lorsque le ressenti de la chaleur par le patient est suffisant.

L’armoise est une plante reconnue pour ses propriétés bienfaisantes. Elle se consume lentement et émet une chaleur intense homogène et constante.

La chaleur se diffuse agréablement dans les méridiens pour détendre les muscles, dissiper le froid présent dans certaines zones du corps ou encore stimuler les fonctions de certains organes.

L’odeur du moxa est assez prononcée et peut incommoder certaines personnes. C’est la raison pour laquelle j’utilise généralement des moxas japonais d’armoise compressée « sans fumée » pour éviter ce désagrément.

Je pratique la moxibustion sur la zone de l’abdomen, du dos et également sur les articulations en cas de douleurs, en complément à l’acupuncture.